fable

Quand Pierre Gamarra saluait Jean de La Fontaine

Le 8 juillet 2021 correspond au 400ème anniversaire de la naissance de Jean de La Fontaine, né à Château-Thierry en 1621. À cette occasion, rappelons l’importance pour Pierre Gamarra — né, quant à lui, un 10 juillet — du grand fabuliste : La Fontaine est « un auteur toujours présent dans notre littérature comme dans notre connaissance littéraire personnelle », écrivait-il en conclusion d’un texte inédit intitulé « L’art de la fable ». Ce texte, écrit en 2005, au moment de la parution du recueil Salut, Monsieur de La Fontaine a un propos plus limité que la postface dudit volume, qui porte sur la fable en général. Son projet y est de « parler de l’art des fables en se référant à la Préface de La Fontaine. »(préface au recueil des Fables, de 1668). Voici quelques extraits de ce texte inédit de 2005 :

« La fable est peut-être le premier genre littéraire créé par les hommes. La Fontaine, grand maître de l’art de la fable, nous l’a présenté en montrant les principales qualités de la fable : sa brièveté, son intérêt poétique, c’est à dire la signification des mots et, si l’on peut dire, leur musique. La Fontaine parle ici d’harmonie. »

« La fable est depuis ses origines destinées à des lecteurs nombreux jeunes ou moins jeunes. La Fontaine lui-même n’écrit pas seulement pour les jeunes et certaines de ses fables appellent une réflexion attentive. Elles ont des significations sociales et même politiques. Il dénonce dans certaines de ses fables de graves défauts ou vices : la tromperie, la malhonnêteté, l’injustice, les abus du pouvoir. Il apprend l’esprit critique, il apprend à réfléchir avant de juger.»

« La Fontaine n’oublie pas le lecteur jeune. Il pense que ce que l’on dit au jeune, au très jeune lecteur a une importance considérable. La Fontaine précise que les fables pour les enfants ne sont pas de la badinerie mais sous leur apparence plaisante elles peuvent avoir des conséquences fort sérieuses : former le jugement et les mœurs, rendre capable de grandes choses. Ce sont les mots mêmes qu’emploie La Fontaine. »

On nous pardonnera de rappeler que, signe de son intérêt pour ce genre et pour La Fontaine, Pierre Gamarra connaissait par cœur une vingtaine de fables de son illustre prédécesseur, fables qu’il se remettait fréquemment en mémoire en les récitant, riant de ses propres oublis.

Pierre Gamarra a, quant à lui, écrit plus de 300 fables (dont 75 ont été publiées). Nous vous proposons celle-ci extraite du recueil Salut, Monsieur de La Fontaine (page 14) :

Le lion ayant lu La Fontaine

Un lion ayant lu quelque part La Fontaine,
Clamait :
«Je suis le roi de tous les animaux.
Dans les régions les plus lointaines,
la fourmi comme le chameau,
la puce comme la baleine,
l’ours, la panthère et l’escargot
le zèbre ou le bigorneau,
partout chacun me rend hommage.»
Il fut capturé, mis en cage
et le Roi ne dit plus un mot.
La Fontaine est souvent aimable
mais ne crois pas toujours ce qu’on dit dans les fables.


Illustration de titre : dessin de Pierre Gamarra sur un cahier (années 1950 ?).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s