Les jolis jours de Noël

En 2006, Pierre Gamarra avait préparé Les jolis jours de Noël, un recueil d’une trentaine de poèmes inédits qu’il présentait ainsi:

« J’ai essayé de traduire le merveilleux de ces jours de décembre devenus une tradition pour beaucoup. Mais ceux qui ne peuvent profiter de la grâce et des plaisirs de Noël n’y sont pas oubliés. »

Voici l’un de ces poèmes:

TOI QUI AS FROID

Toi qui as froid,
viens t’en chez moi.
Tous les deux ou tous les trois,
nous n’aurons plus froid…

Toi qui as faim,
prends donc ma main.
A deux, à trois ou à cinq,
nous aurons moins faim.

Noël est clair,
Noël est beau,
c’est l’amitié dans l’hiver,
c’est le cœur plus chaud.

Toi qui n’as pas
beaucoup d’espoir,
viens avec moi, viens, ce soir,
l’espoir reviendra.

Toi qui as froid
viens t’en chez moi.
Tous les deux ou tous les trois,
nous n’aurons plus froid,
je le crois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s